Modifié le

Crédits état : plan de relance et point de vigilance sur les demandes de subventions

En complément des crédits du programme 175 votés annuellement en loi de finances, le Gouvernement a mis en place depuis 2020 un vaste plan de relance destiné à doper les investissements malgré la crise sanitaire qui a fortement bouleversé l’économie du Pays.

Comme déjà évoqué (voir actualité du 23/11/2020), sur les 2 milliards votés pour la culture, 614 millions ont été injectés pour le patrimoine bâti sur la période 2021-2022, répartis ainsi :

  • 100 millions pour le projet de restauration de Villers-Cotterêts ;
  • 80 millions pour le « plan cathédrales » ;
  • 40 millions pour les monuments gérés par le Centre des monuments nationaux (CMN)
  • 20 millions pour la rénovation d’équipements patrimoniaux (musée, archives, archéologie)
  • Et enfin 40 millions en faveur des monuments n’appartenant pas à l’Etat (communes + propriétaires privés). 6.5% de cette enveloppe sont donc dévolus à 90% du parc monumental protégé.

Selon les données présentées par le ministère de la Culture, 75% des crédits budgétaires ont déjà été engagés  : « Aujourd’hui, la quasi-totalité des chantiers de rénovation des cathédrales et des monuments historiques n’appartenant pas à l’État ont été lancés ». Ce qui montre les besoins importants pour permettre le maintien du parc national dans un état sanitaire satisfaisant.  

Consulter la carte des projets financés par France Relance

Lire le communiqué de presse  /  Télécharger le dossier de presse complet

Point d’alerte

Mais ce point d’étape qui se veut positif et engageant est pourtant contrebalancé par les remontées que nous avons du terrain depuis quelques semaines. Ainsi, plusieurs adhérents nous ont fait part de refus de subventions du fait de l’absence de crédits disponibles dans les DRAC pour 2022… et pour 2023. Ce phénomène a été corroboré par les agents de plusieurs DRAC et nous devons nous en inquiéter.

La Demeure Historique s’est emparée de ce sujet et a demandé un rendez-vous avec les services de la Direction générale des patrimoines et de l’architecture, notamment en prévision de l’élaboration du projet de loi de finances pour 2023. Nous tiendrons évidemment informés l’ensemble de nos adhérents sur la suite donnée à ces échanges.