Communiqué de presse – Le patrimoine dans les contrats de plan État-région (CPER)

Communiqué de presse du 2 novembre 2016


Au lendemain de la mise en œuvre de la loi portant sur la Nouvelle Organisation Territoriale de la République, dite loi NOTRe, la Demeure Historique souhaite attirer l’attention des élus régionaux sur la place du patrimoine dans les contrats de plan État-région.

 

Dans une lettre ouverte adressée le 10 octobre 2016 au Président de Régions de France ainsi qu’aux présidents des conseils régionaux, le président et les délégués régionaux de la Demeure Historique lancent cet appel  au nom des responsables des 3000 monuments historiques qu’ils représentent :

 

« Mesdames et Messieurs les Présidents de Conseil régional, engagez-vous à nos côtés, jeunes repreneurs et propriétaires-gestionnaires expérimentés, pour nous aider à relever ce défi d’inscrire le patrimoine dans un projet d’avenir ! Offrons à notre patrimoine commun une visibilité pérenne dans le paysage économique français ! »

 

La Demeure Historique a mené une étude et fait le constat que le patrimoine n’étant pas suffisamment reconnu en tant que priorité économique, n’est de fait pas automatiquement éligible aux contrats de plan État-région (CPER), cadres de partenariats privilégiés entre les régions, l’État et les collectivités intra-régionales.

Certains CPER intègrent une dimension patrimoine ou monuments historiques, d’autres non, ce qui génère des distorsions dans un même territoire et au sein du pays. Depuis plusieurs années, alors que les crédits déconcentrés de l’État votés par le Parlement en faveur des monuments historiques ne sont pas intégralement consommés, le ministère de la Culture demeure réticent aux demandes d’augmentation, même temporaires, des taux d’intervention de l’État émanant des entreprises et des gestionnaires de monuments historiques. Le désengagement progressif et contraint des conseils départementaux, non compensé par l’État et les régions, se fait au détriment de l’attractivité des territoires et du pays, de l’emploi et des savoir-faire spécialisés à haute valeur ajoutée.

 

Aussi, la Demeure Historique propose que le patrimoine, et plus particulièrement les monuments historiques, fassent l’objet d’un dialogue tripartite avec les régions de France, la Direction générale des Patrimoines et les responsables de monuments historiques.

Cet échange permettra de définir le cadre indicatif et opérationnel d’un programme concerté à cinq ans, pour relancer une politique du patrimoine harmonisée dans les 13 régions, afin que le patrimoine soit considéré comme une composante à part entière des projets d’avenir retenus pour renforcer la compétitivité de l’ensemble des territoires.

 

Objet d’une solide adhésion de l’opinion publique, confortée chaque année en septembre par les Journées Européennes du Patrimoine, le patrimoine monumental français mérite une reconnaissance institutionnelle renouvelée dans un esprit de responsabilité partagée.


Annexes :