Se déconnecter

 Château d’Acquigny

Ouverture au public Ouverture du parc du 1er avril au dernier dimanche d'octobre : les samedis dimanches et jours fériés de 14h00 à 18h00. Tous les jours du 14 juillet au 31 aout de 13h00 à 19h. Visite libre dans le parc et/ou guidée autour du château à 15h et 16h30.

Acquigny est parfait. Acquigny est à la taille de l’homme », s’enthousiasmait Jean de la Varende.

Vous souhaitez vivre une expérience sensorielle, remonter le temps, profiter d’un cadre idyllique et enchanteur en Normandie, venez visiter les 16 hectares du parc de notre château familial, protégé par les Monuments Historiques et labellisé Jardin Remarquable.

Amateurs de jardins romantiques et amoureux des arbres, vous apprécierez les tailles impressionnantes des cyprès de Louisiane, platanes, sophoras, hêtres pourpres, séquoias…Séduits par les cascades monumentales, les chemins de roches et les eaux qui bruissent de toutes parts, vous poursuivrez votre promenade jusqu’à l’exceptionnel potager verger qui abrite de grands poiriers en espaliers et des jardins de plantes médicinales et condimentaires.

L’orangerie et sa belle collection d’agrumes vous enivrera dans le jardin d’inspiration italienne composé de topiaires et de plantes méridionales. L’ancien pressoir vous dévoilera une collection d’outils anciens et de planches de bois d’arbres du parc.

Acquigny est un amour de jardin dessiné ausiècle des Lumières et illustre la pensée de Rousseau, selon qui la nature est un havre de paix propice à l’épanouissement de l’homme…

Le château Renaissance

Le château d’Acquigny appartient à un patrimoine normand d’exception, inspiré des quatre initiales entrelacées des noms des constructeurs : nombreuses décorations, symboles de l’amour que les époux se portaient.

Au milieu du XVIème siècle, Anne de Laval, membre de la prestigieuse famille des Montmorency, cousine du roi de France Henri II et dame d’honneur de Catherine de Médicis fit construire dans un site préservé – où chaleur, verdure et eaux vives se conjuguent – une « Maison des champs » en s’inspirant de l’éternel amour envers son mari, Louis de Silly, seigneur de la Roche-Guyon.
Le projet fut probablement confié au célèbre architecte de la Renaissance Philibert de l’Orme, qui venait de prouver au château d’Anet, qu’il savait évoquer la passion sous toutes ses formes. À Acquigny, en utilisant les fondations de la forteresse de Guillaume le Conquérant, l’architecte édifia une demeure sur le plan des quatre initiales entrelacées des noms des heureux époux A.L.L.S, origine d’un plan complexe, à la fois orthogonal et symétrique et d’une construction originale d’une rare élégance où cet amour partagé est inscrit dans la pierre.
En forme de A, comme Anne, la façade d’honneur, centrée sur sa gracieuse tourelle à double loggias qui repose sur une trompe en forme de coquille Saint Jacques, est très richement ornée. Les éléments décoratifs utilisés déclinent de nombreux symboles de l’amour : les mains entrelacées sont le symbole de la fidélité conjugale qui rappelle que rien ne peut séparer ceux qui s’aiment, le chêne est le symbole de l’amour solide qui ne s’altère pas malgré l’épreuve du temps, le lierre exprime l’attachement indéfectible, l’olivier est le rameau de la paix qui réconcilie toujours, le laurier désigne l’immortalité de l’amour dans la mythologie grecque, les feuilles d’acanthe évoquent l’amour pur et éternel, tandis que les grappes de raisin et les flammes symbolisent l’amour spirituel…

Apogée de la Renaissance par la délicatesse et le raffinement de la décoration de la façade d’accueil, Acquigny annonce déjà les grands châteaux classiques français par ses façades dépouillées vers le parc.
Philibert de l’Orme a su jouer avec subtilité et harmonie du décor et des volumes, de l’ombre et de la lumière pour surprendre le promeneur sans cesse étonné, parfois décontenancé, car il n’a jamais la sensation d’admirer la même construction. Il est confronté à l’apparente mobilité de l’édifice et à l’ordonnance de ses différents corps de bâtiment qui le font paraître toujours nouveau et inattendu.

Ainsi lorsqu’une façade ou un corps de bâtiment apparaît, il est intéressant d’observer au fil de la visite qu’une autre façade ou corps de bâtiment s’éclipse progressivement du champ visuel. Cette grande maîtrise des volumes par le célèbre maître maçon lui a permis d’édifier un château qui s’intègre parfaitement dans le paysage où architecture et espace environnant paraissent à l’échelle de l’homme.

Apogée de la Renaissance par la délicatesse et le raffinement de la décoration de la façade d’accueil, Acquigny annonce déjà les grands châteaux classiques français par ses façades dépouillées vers le parc.
Philibert de l’Orme a su jouer avec subtilité et harmonie du décor et des volumes, de l’ombre et de la lumière pour surprendre le promeneur sans cesse étonné, parfois décontenancé, car il n’a jamais la sensation d’admirer la même construction. Il est confronté à l’apparente mobilité de l’édifice et à l’ordonnance de ses différents corps de bâtiment qui le font paraître toujours nouveau et inattendu.

Ainsi lorsqu’une façade ou un corps de bâtiment apparaît, il est intéressant d’observer au fil de la visite qu’une autre façade ou corps de bâtiment s’éclipse progressivement du champ visuel. Cette grande maîtrise des volumes par le célèbre maître maçon lui a permis d’édifier un château qui s’intègre parfaitement dans le paysage où architecture et espace environnant paraissent à l’échelle de l’homme.

 Le Parc historique

Dessiné à la fin du XVIIIème siècle, classé site et protégé par les monuments historiques, ce parc romantique de seize hectares, lové au pied de hautes collines au confluent de l’Eure et de l’Iton, sert d’écrin à un château Renaissance d’une rare élégance.

En ce lieu pittoresque, véritable havre de paix, d’harmonie et d’équilibre où règne une étonnante diversité, la nature a trouvé le parfait terrain de son expression: tous les sens sont en éveil, le bruissement de l’eau se marie parfaitement au chant des oiseaux, les multiples essences ont été réunies dans un parfum de poésie, les promeneurs retrouvent toujours le bonheur de s’enivrer de délicates senteurs. En parcourant ce parc romantique le visiteur appréciera le calme de ce paysage propice à la rêverie. L’harmonie des couleurs est toujours aussi séduisante. Du feuillage sombre des hêtres pourpres à la clarté des cyprès de Louisiane, il n’est pas rare de s’arrêter pour simplement contempler les contrastes colorés des nombreux bosquets, les floraisons au fil des saisons.

L’eau est bien le fil conducteur de la promenade. En se promenant le long des rivières et canaux, le visiteur passe de l’ordonnance du parc à la française au parc romantique créé pour mettre en valeur le domaine où l’eau et les arbres jouent un rôle essentiel. D’un siècle à l’autre, le paysage a profondément changé. Les alignements d’arbres et les parterres de fleurs ont disparu au profit de l’alternance des pelouses, des bosquets d’arbres et d’arbustes à fleurs, et des plans d’eau. Les vergers de cerisiers et d’alisiers, les vignes et les pâturages des collines qui bordent l’Eure et protègent le parc des vents froids ont cédé la place au début du siècle dernier aux buissons et aux arbres qui imprègnent le paysage d´un grand romantisme.

A la veille de la Révolution, imprégné des idées nouvelles et proche des Lumières, Esprit le Roux d’Esneval dessina le parc paysager :

Le réseau de canaux rectilignes a ainsi été complété par une rivière serpentine où se reflètent dans les bassins le château et les arbres aux essences botaniques rares et de tailles spectaculaires.
Un pont romantique enjambe la rivière artificielle au parcours tranquille.
Le chemin de roches permet de traverser la rivière en sautant de pierre en pierre, subjugué par le contraste entre le bruit d’un torrent de montagne et le calme des bassins et du cours sinueux de la rivière.

Les amateurs de littérature y reconnaîtront un thème cher à Goethe et à Rousseau, tous deux passionnés de la nature sauvage. Les cascades aux eaux bouillonnantes surprennent par leur ampleur et leur majesté. Le promeneur est soudainement transporté dans une nature à l’état sauvage où la main de l’homme ne semble pas être intervenue. Les eaux se détachent et tombent en arcade, se brisent et rejaillissent de façon ininterrompue. Le dépaysement, la fraîcheur, le bruit sourd des eaux portent l’âme à la mélancolie et à la rêverie. Les eaux calmes ou tumultueuses se succèdent par surprise. Les allées sinueuses ménagent des perspectives inattendues. Tout est tableau, jeu de couleurs, effets d’ombres et de lumières, de clairs-obscurs, un vrai paradis pour le photographe ou le peintre.

 Le parc romantique

Partez à la découverte des arbres exceptionnels du parc du château renaissance d’Acquigny dans l’Eure : grande diversité d’espèces, originaires de tous les continents.

Les arbres en raison de leur majesté, de l’extrême diversité de leurs formes et de leurs couleurs tiennent une place prépondérante dans le parc. Isolés, en bosquets ou en futaies, ils jalonnent la promenade. Les goûts botaniques du Président d’Acquigny et de ses descendants ainsi que l’écosystème d’Acquigny, qui offre lumière, chaleur et eau aux plantes, expliquent la présence d’arbres exceptionnels par leurs espèces ou leurs tailles.

Acquigny est le royaume des platanes hybrides à tendance d’Orient et d’Occident. Les sujets sont isolés ou en bosquet au-dessus des grandes cacades, au bord de l’eau ou à l’orée du bois avec des circonférences atteignant plus de 8 mètres et des hauteurs spectaculaires (47 mètres en 2002 pour le plus grand qui a continué à grandir) parmi les plus hauts connus en Europe. Les hêtres pourpres, les élégants tilleuls des bois, les puissants marronniers, les cèdres du Liban ou de l’Atlas, les nombreux ifs atteignent aussi des tailles exceptionnelles.

Si le parc met en valeur les espèces traditionnelles de nos régions, des végétaux de tous les continents y sont également sublimés. Au fil de la promenade, vous pourrez admirer des arbres de tailles inhabituelles, originaires d’Extrême-Orient, d’Asie Centrale, ou d’Amérique. Les deux sophoras du Japon donnés en 1768 par Jussieu à Monsieur d’Acquigny ont comme celui du Jardin des Plantes de Paris une envergure particulièrement remarquable. Deux cyprès de Louisiane et des séquoias géants venus d’Amérique, un pin noir d’Autriche très en vogue avec la découverte de la montagne par Jean-Jacques Rousseau méritent une attention toute particulière.

Depuis 1960 les espèces disparues ont été replantées systématiquement grâce notamment à la mémoire familiale. La diversité et la vigueur de ces plantations font régulièrement l’admiration des visiteurs.
La grande diversité des essences de collection, originaires d’Extrême-Orient, d’Asie centrale ou d’Amérique du Nord ou Latine, ou créé par les botanistes comme le chitalpa de Tachkent, est renouvelée lors des plantations : cèdre déodara de l’Himalaya, catalpa, arbres au caramel, arbres aux mouchoirs, mûriers noir de Chine, cryptomerias japonica, tulipiers de Virginie, séquoias géants et toujours verts, féviers et chêne rouge d’Amérique, Araucaria (le désespoir des singes) du Chili, sapin d’Espagne… Vous rencontrerez aussi des arbres de l’ère préhistorique tels les ginkgos ou encore les métaséquoias que l’on croyait disparus de la planète et qui furent découverts en Chine en 1941. De très nombreuses espèces de nos régions ont été réintroduites: sapin blanc de Normandie, sorbiers, cormiers, néfliers, cornouillers, alisiers. Certains arbres de la zone méditerranéenne qui se plaisent dans ce site très protégé de la vallée ont été introduits: albizia, pins parasol, chêne vert, chêne liège, micocouliers…

 Le potager-verger

Arrivant du sous-bois ombragé, frais et verdoyant, le promeneur qui arrive dans le potager est saisi par le contraste de la lumière intense et la forte chaleur. Se détachant sur fond de collines dans un paysage agreste, le potager verger construit en 1745, de près d’un hectare, présente la particularité exceptionnelle de former une île artificielle car il est entouré de canaux et de murs de briques roses coiffés d’une charpen te de chêne couverte d’ardoises. Ce potager
dans lequel on faisait encore les foins en 1995 est actuellement en complète recréation. Sa restauration a commencé par les murs et les toitures suite à la tempête de 1999. Puis elle se poursuit par la remise en état progressive des canaux et des berges notamment par une technique traditionnelle de tressage de saule, et par des plantations.Le microclimat du potager, entouré de canaux, est propice à la culture en pleine terre de pêchers, figuiers, goyaviers du Brésil… Ses murs sont ornés d’imposants poiriers palissés du dix-huitième siècle – dont un spécimen rare possède trente-deux branches et mesure 1,06 mètres de circonférence – qui alternent avec une parure de fleurs. Les berges de ces canaux sont agrémentées par deux embarcadères qui permettent de s’adonner à la rêverie.
Le potager comprend des haies de petits fruits, des plate-bandes de fleurs et légumes – vingt variétés de tomates -, une collection de cucurbitacées comestibles ou non allant de la citrouille géante atlantique aux concombres sauteur ou concombres d’ânes, unjardin de plantes condimentaires parsemé de rondelles de séquoia pour en faciliter l’entretien et un jardin de plantes médicinales, qui sont classées selon leurs utilisations anciennes : stress et insomnie, dermatologie, cœur, sang, reins….Merveilles de soins et d’intelligence, ce lieu historique au cadre gracieux et sobre invite le promeneur à jouir de quelques instants de calme et de sérénité.

 L’orangerie

L’Orangerie fut construite en 1746… avec un jeu de couleurs. Les briques roses, le gris des lavandes, les sculptures bleues des cyprès de l’Arizona et ce bel ensemble architectural formé par l’église Sainte Cécile, l’ermitage et l’orangerie avec en arrière fond les grands toits d’ardoises du château constituent un décor de choix pour les agrumes. Un jardin d’inspiration italienne avec des topiaires nous confirme que décidément à Acquigny tout est conçu pour le plaisir des sens et la contemplation. Des végétaux méditerranéens ou de régions chaudes en pleine terre agrémentent la façade de l’orangerie – jasmin officinal, grenadier, passiflore, fremontodendron aux fleurs jaunes, vigne – et nous transportent dans un univers enchanteur qui exhale de délicats parfums.

L’orangerie depuis sa restauration en 2000 abrite à nouveau une collection d’agrumes suite au gel en hiver 1917 des orangers du XVIIIème après que les orangers du dix-huitième siècle ont gelé pendant l’hiver 1917. Aujourd’hui, cette collection comprend des citronniers, orangers, mandariniers, clémentiniers, cédrats, calamondins, bigaradier, mains de bouddha… Aux beaux jours les agrumes sont sortis et forment une allée le long de l’orangerie. La fructification coordonnée de la collection, les fleurs et les fruits des agrumes tous ensembles épanouis exhalent un merveilleux parfum qui enchante le visiteur.

Préparez votre visite

Services


Visite intérieure
Visite intérieure
Visite extérieure
Visite extérieure
Visite adaptée aux enfants
Visite adaptée aux enfants
Séminaires
Séminaires
Visite intérieure
Réceptions
Visite intérieure
Hébergement
Visite intérieure
Restauration
Visite intérieure
Accès Handicapés
Visite intérieure
Exposition permanente
Visite intérieure
Tournages de films
Visite intérieure
Autres activités

Adresse & contact


Adresse
  • 1 rue Aristide Birand
  • 27400 ACQUIGNY
Contacts

Agenda & Evènements


Démonstration et présentation du travail des artisans des métiers d’art

Date : 15/9/2018

 A L'OCCASION DES JOURNÉES DU PATRIMOINE 2018 - 15 et 16 septembre - le Parc et les Jardins d’Acquigny accueilleront une vingtaine d’artisans de la vallée royale de l’Eure en partenariat avec l’association des métiers d’art de l'Eure.

Venez à la rencontre de ces artistes et artisans tout le weekend de 10h à 19h et profitez-en pour découvrir ce parc botanique, sa collection d'agrumes, ses rivières artificielles, son potager...

Tapissier, vitrailliste, ferronnier d’art, céramiste, restauratrice peinture,  tailleur de pierre, photographe, céramiste, luthier, peintre décorateur, cannage rempaillage, encadreur doreur, menuisier,  girouettier, ébéniste, brodeuse sur perles et bien d’autres offriront aux visiteurs d’Acquigny des démonstrations inoubliables. Ils exposeront leurs œuvres et partageront avec le public leurs expériences et connaissances.

Acquigny Journées du patrimoine Un cadre enchanteur

Ce jardin labellisé «jardin remarquable» prouve une fois de plus que patrimoine culturel et naturel s’assemblent à merveille. De l’orangerie, au jardin méditerranéen, en passant par l’ancien pressoir, c’est donc dans un cadre idyllique et enchanteur que petits et grands partageront avec les artisans d’art un moment de convivialité et d’authenticité.

Chaumier à Acquigny Une promenade romantique

Ainsi, les visiteurs pourront flâner dans le parc romantique de 16 hectares, véritable joyau de la nature où les eaux bruissent de toutes parts. Le potager sur son île artificielle, l'orangerie et sa collection d'agrumes, la cascade monumentale, les arbres remarquables, la somptueuse architecture du château Renaissance du XVIème siècle... émerveillent lors de cette fabuleuse promenade.

Un cadre idylique

De l’ancien pressoir à l’orangerie, en passant par le jardin méditerranéen, c’est dans un cadre idyllique et enchanteur que petits et grands vivront un moment de convivialité et d’authenticité avec les artisans d’art.  

Horaires et tarifs pour les Journées du Patrimoine

Ouverture: samedi 15 et dimanche 16 septembre de 10h à 19h Tarif JEP adulte : 7€; Tarif JEP Enfants, chômeurs, étudiants, handicapés : gratuit

Liste des artisans présents lors des journées du patrimoine en date de août 2018 

1- Claudie Burel-Hervé artisan tapissier, 9 rue de l'ancienne forge 27120 Fontaine-sous-Jouy   02.32.36 .70.19, claudieburel-herve@orange.fr      http://burelherve-tapissier.over-blog.com 2- Atelier Eyquem  vitrailliste, objets de décoration, moulage, 4 rue de Boisset  La Neuville des Vaux  27120  Le Plessis-Hébert 06 . 59 . 89 . 09 . 85,  atelier.eyquem@orange.fr 3- Corinne Leconte-Dewulf  restauratrice peinture, 11 rue de la Mairie   27120 Chambray   02. 32. 36. 83. 56    06. 10. 31. 00 .07, www.leconte-dewulf-restauration-tableaux.fr 4- Emmanuel Quérey  ébéniste restaurateur, sculpteur, 34 rue du Dr Chanoine  27200 Vernon   02. 32. 54. 95. 05   06. 85. 75 .51 .06 5- Dominique Robert ferronnier d’art,  41 rue Jean Becker   27940 Aubevoye   02 .32 .52 .63. 84   06 .78. 14. 97. 69 contact@laforgedestleufroy.com      www.laforgedestleufroy.com 6- Emmanuel Thronel tailleur de pierre, 4 rue des perruques  27600 Saint Pierre la Garenne  02. 32. 77. 43. 57 7-Arnaud Quérey luthier, 34 rue du docteur Chanoine   27200 Vernon, 02 .32. 54 .95 .05    06. 82. 23 .41. 66   querey.arnaud@wanadoo.fr 8- Anne-Laure Buchaillat  céramiste, La faiencerie de Croisy  7 route de Ménilles, 27120 Croisy-sur-Eure  06.88.67.35.10 9- Didier Simon photographe, 10 rue de la liègue 27490 Ecardenville sur Eure, 06.11 .17.40 .29  www.didiersimon.com 10- Franck Groux, peintre décorateur, trompe l'oeil, 47 rue de la côte  27530 Ezy-sur-Eure  02.37.64.69.47  franck.groux@free.fr 11-  Sylvie Dupont encadreur doreur, SD Encadrement 95 rue du massacre 27400 Louviers  06. 45. 06. 53. 90 www.sylviedupont.com    dupont.de.faches@gmail.com 12- Sylvianne Stalin cannage rempaillage, 2 route de Morgny »La Barre »  Beauficel   27480   Lyons la Forêt  02 . 32. 49. 63 .94, 13- Martine Mosnier peintre sur porcelaine, 39 rue Aristide Briand   27400 Acquigny  02. 32. 40. 66. 34 14- Laurence Natier peintre décoratrice,   1655 route d'Evreux   27400 Acquigny  06. 19. 85. 23. 71  lnatier@hotmail.fr 15- François Jaillette restauration de céramique et porcelaine, 45 bis rue Aristide Briand  27400  Acquigny  02. 32. 40. 77. 44 16- Entreprise Willemy charpente, escalier, menuiserie, 17 rue de Louviers 27400 Acquigny BP24  02. 32. 50. 21. 07 www.willemy-charpente.fr 17-Céleste Ladam, restauration et relooking de meubles, Les patines célestes, 52 rue du Général de Gaulle  27600 Gaillon  06. 72. 70. 20. 25  celest.ladam@orange.fr 18- Patricia Meissonnier , création de bijoux passementerie ancienne, Fleurs d'equinoxe, 15  rue  Bourbon Penthièvre 27200 Vernon 06. 29. 89. 55. 29 19- Francis Lefevre, créateur verrier, 8 rue du Clos du Décret 27870 Vesly    02. 32. 55. 63. 38, francislefevre935@sfr.fr     lefevre-francis.france-artisanat.fr 20- Alain David, girouettier, Les girouettes de David, 65 route des Andelys 27150 Boisemont  06. 43. 32. 89. 55, lesgirouettesdedavid@orange.fr      www.lesgirouettesdedavid.com 21- Carole Letard,  brodeuse sur perles, Carole L Création, 1 ter rue du 11 novembre  27400 Amfreville-sur-Iton   06. 30. 15. 35. 61, ldcarole@gmail.com 22- Patrick Lagrive , briques, orchis, enduit, Briqueterie Lagrive, RD613  14100 Glos   02. 31. 31. 41. 09, www.briqueterielagrive.com 23- Bertrand Perrin, monsieur Oto carreleur mosaiste, 39 b avenuedu maréchal de Lattre de Tassigny 27400 Louviers    06. 60. 94. 31.08, MONSIEUR-OTO@live.fr 24-  Sylvie Meissonnier, céramiste, 3 rue du moulin  27120 Boisset les Prévanches   02 . 32. 36. 89. 07,  www.terre-et-coquelicots.fr 25- Eric Feillu, potier d'étain, 12 rue Alphonse Jacquet  28300 Leves   02.37.26.00.94    06.68.84.16.06, creation.etain@voilà.fr